Mark Geffriaud
& Géraldine Longueville


Mes amis,


Bonne nouvelle, la propriété du sol emporte la propriété du dessus et du dessous. Autrement dit, le propriétaire est propriétaire du fonds et du tréfonds. Il peut faire au-dessus et au-dessous toutes les plantations, constructions et fouilles qu'il jugera à propos, et en tirer tous les produits qu'elles peuvent fournir. Le propriétaire possède ainsi, outre l'étendue de son terrain, une pyramide inversée de 6 380 km de hauteur dont la base se trouve à ses pieds et le sommet au centre de la terre. Chaque mètre carré de son terrain lui confère la propriété exclusive de quelques 70 000 tonnes de fer, 300 millions de litres de magma et 2 millions de m3 de cristal d'olivine et de pyroxène. Sa propriété s'étend également au-dessus de sa tête sur quelques 800km, lui garantissant une réserve d'environ 760 000 m3 d'azote et d'oxygène.


À cela il faut ajouter une moyenne annuelle de 60 000 litres d'eau venus du ciel, soit environ 16 litres par jour. Sans compter que l'eau pourrait aussi jaillir à ses pieds. Il en disposera alors à sa convenance, du moins s'il parvient à la contenir. Mais il pourra tout aussi bien décider de la laisser s'écouler où bon lui semble, jusqu'à former un cours d'eau, une rivière ou un océan. Dans ce cas, il se pourrait que le courant ou la marée dépose quelque chose à ses pieds. Il conviendra alors de l'examiner afin de déterminer la marche à suivre. Si la chose ne porte aucun signe d'un précédent propriétaire, elle lui appartiendra de fait. Dans le cas contraire, il lui faudra faire part de sa découverte puis attendre 1 an et 1 jour. Si dans ce délai personne ne vient la réclamer, la chose restera entre ses mains.


Les choses qui viendraient à être déposées par le vent ne font pour leur part l'objet d'aucune législation. Il existe bien une réglementation sur la chute ou l'interception d'objets et d'animaux volants mais non sur les choses déplacées malgré elles par un courant d'air, une graine par exemple. Cependant, si cette graine devenait un arbre, la propriété des fruits seraient fonction de leur coordonnées spatiales. Tous ceux qui se trouveront à la verticale du terrain du propriétaire lui reviendront de droit, quand bien même la base de l'arbre se trouverait dans la propriété voisine. Toutefois, si en tombant, un fruit venait à ricocher, c'est son emplacement après la chute et non avant qui en déterminera le propriétaire. Cela est également valable dans le cas où une pierre tomberait du ciel. L'emplacement de son impact aura valeur de loi.


À noter que cela ne s'applique pas aux idées. Leur propriété, cette fois, n'est pas fonction de la tête dans laquelle elles atterrissent, mais seulement les formes qu'elles pourraient adopter en la traversant. La seule manière d'en garder une pour soi est donc de la retenir captive, de ne pas en parler et de ne rien en faire. Ce qui aura aussi pour conséquence de la dévaluer entièrement. Si au contraire on cherche à augmenter sa valeur, il faudra s'en défaire à tout prix en la distribuant sans retenue.


J'espère que ces quelques précisions pourront aider à y voir un peu plus clair.


Bonne chance à tous,


Mark & Géraldine