Guillaume IX – farai un vers de dreit nien

 Guillaume IX de Poitiers

(1071 – 1126)

Farai un vers de dreit nien

(trad. F. Vallos)

Farai un vers de dreit nien
Non er de mi ni d’autra gen
Non er d’amor ni de joven
Ni de ren au
Qu’enans fo trobatz en durmen
Sus un chivau

Je ferai un vers de rien du tout
Qui ne sera ni de moi ni d’autrui
Ni d’amour ni de jeunesse
Ni de rien d’autre
Si ce n’est qu’il fut fait en dormant
Sur un cheval

No sai en qual hora.m fui natz
No soi alegres ni iratz
No soi estranhs ni soi privatz
Ni no.n puesc au
Qu’enaisi fui de nueitz fadatz
Sobr’un pueg au

Je ne sais à quelle heure je suis né
Ni si je suis heureux ou triste
Ni si je suis étranger ou singulier
Je ne puis être autrement
Que d’avoir été fait la nuit
Sur le haut d’un mont

No sai cora.m fui endormitz
Ni cora.m veill s’om no m’o ditz
Per pauc no m’es lo cor partitz
D’un dol corau
E no m’o pretz una fromitz
Per saint Marsau

Je ne sais quand je me suis endormi
Ni quand je veille si on ne me le dit
Pour peu que mon cœur soit parti
À un deuil de cœur
Cela ne m’importe peu
Par Saint Martial

Malautz soi e cre mi morir
E re no sai mas quan n’aug dir
Metge querrai al mieu albir
E no.m sai tau
Bos metges er si.m pot guerir
Mas non si amau

Je suis malade et je crois mourir
Et je n’en sais que ce que j’entends dire
Je cherche un médecin pour cela
Et je ne sais qui
Sera bon pour me guérir
Sinon mauvais

Amigu’ai ieu non sai qui s’es
C’anc no la vi si m’aiut fes
Ni.m fes que.m plassa ni que.m pes
Ni no m’en cau
C’anc non ac Norman ni Franses
Dins mon ostau

J’ai une amie que je ne connais
Car je ne l’ai jamais vue
Rien ne me plaît ou ne me déplaît
Cela m’est égal
Car je n’ai ni Normand ni Français
Dans ma maison

Anc non la vi et am la fort
Anc no n’aic dreit ni no.m fes tort
Quan no la vei be m’en deport
No.m prez un jau
Qu’ie.n sai gensor e belazor
E que mais vau

Je ne l’ai jamais vue et je l’aime fort
Je n’ai rien vu mais elle ne m’a fait aucun tort
Quand je ne la vois je m’en porte bien
Cela ne vaut rien
J’en connais une plus noble et plus belle
Et qui vaut plus

No sai lo luec on s’esta
Si es m pueg ho es en pla
Non aus dire lo tort que m’a
Albans m’en cau
E peza.m be quar sai rema
Per aitan vau

Je ne sais où elle vit
Sur un mont ou en plaine
Je n’ose dire le tort qu’elle me fait
Je me tais
Et il me pèse qu’elle reste
Quant je m’en vais

Fait ai lo vers no sai de cui
Et trametrai lo a celui
Que lo.m trameta per autrui
Enves Peitau
Que.m tramezes del sieu estui
La contraclau

J’ai fait le vers de je ne sais qui
Que je transmettrai à celui
Qui le transmettra par un autre
À Poitiers
Pour qu’il me transmette de son étui
La contre-clé.