Nietzsche – §367

Friedrich Nietzsche

Le Gai savoir

§ 367

Première distinction à faire en matière d’œuvres d’art. – Tout ce qui est conçu, imaginé poétiquement, peint ou composé en musique, ou même construit et formé, relève soit de l’art monologué, soit de l’art devant témoins. Dans cette dernière catégorie il faut également  ranger cet apparent art monologué, qui implique la croyance en Dieu, toute la lyrique de la prière : car pour un esprit pieux il n’y a point encore de solitude – cette dernière invention ne date que de nous autres sans-Dieu. Je ne connais pas de plus profonde différence dans l’optique intégrale d’un artiste : savoir si c’est du point de vu du témoin qu’il considère son œuvre en progrès (qu’il se considère «soi-même») ou si au contraire il «a oublié le monde» : ce qui est essentiel à tout monologué – art qui réside dans l’oubli, art qui est musique de l’oubli.